Adrien Honnons

hello@adrienhonnons.com


Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10
Le Répondeur n°10

Le Répondeur n°10

2013

Journal culturel et citoyen.

24 pages, NB offset. 4000 exemplaires

télécharger le numéro 10 (2,63mo)

Ce numéro 10 du Répondeur porte sur les pratiques artistiques. Au sens large. Propose un état des lieux de celles-ci. Pour éclairer le lien à « la structure » (au sens de « système » économique, social, politique). Des pratiques en ce qu'elles s'insèrent dans des structures tout en étant le reflet de celles-ci. Correspondant à des normes de fonctionnement constituant des repères pour tout un chacun. À un état de fait. Et à des faits. Mais aussi pour que chacun puisse confronter sa pratique à d'autres «pratiques », non qualifiées d'artistiques, pour inviter ainsi à ouvrir le champ, la façon de percevoir les pratiques artistiques en les prenant dans un ensemble plus large, pour voir si les mêmes mécanismes s'appliquent dans d'autres domaines et si certaines pratiques « artistiques » sont proches de pratiques ordinairement classées comme « non artistiques. »

En filigrane se pose à nous la question de la différence et de la norme. Comment pouvons-nous penser notre différence ? Pouvons-nous la penser ? Quelle place tient-elle au sein de nos pratiques ? Est-elle présente, représentée ? Est-elle légitime ? Vaste sujet. Et nous avons bien conscience qu'un seul numéro ne suffit pas pour aborder ces questions. Encore moins pour l'ensemble des outils artistiques à la disposition de la population et des artistes en particulier. Il nous faudrait (sans aucun doute) plusieurs numéros pour aborder cette problématique. Or nous avons décidé qu'il s'agirait, ici, de notre dernier numéro. Aussi, cela sera une amorce de réflexion, une question ouverte. Intégrée dans une volonté, après un peu plus de 3 ans de travail éditorial et 11 numéros du Répondeur, de faire évoluer notre interaction avec les citoyens, artistes ou non. Par la constatation que nous sommes, nous aussi, à notre façon, liés à la structure, nous adressant à une population réduite au domaine culturel. Or il nous semble que les problèmes rencontrés par les artistes (et générés par ceux-ci) sont les mêmes que ceux auxquels sont confrontés les individus de n'importe quel corps de métier. Et si c'est la fin du Répondeur, ce n'est pas la fin de notre réflexion ni de notre engagement. Nous souhaitons voguer vers d'autres eaux et réaliser cette enquête qui pourrait trouver sa finalité dans un livre/essai. Que nous pourrions appeler Penser la réflexion.  Quant au journal, d'autres que nous, peut-être, s'engouffreront dans la brèche pour creuser d'autres sillons qui feront germer d'autres graines de collaborations, de réflexions ou d'envies de changement partagées. A bons entendeurs, salut !